Vendredi 23 mars 2017, vers 18H30

 Dans le cadre de notre résidence au Conservatoire de Pontivy Communauté pour y travailler SKOURIL (coproduit par le Conservatoire et Mil Tamm), nous accompagnons et mettons en forme un Cabaret de l'Ogre composé par 110 élèves et leurs professeurs. Le soir, ce sera belle folie et joyeuse poésie devant une salle archi-comble. Ici, lors du dernier filage, le contrebassiste Felipe Nichols tente d'incarner un ogre très cruel. Disons-le franchement, pas extraordinairement crédible... Mais notre compère skourilien a trop de talent pour être méchant ! photo J. Cavellec

Vendredi 10 novembre 2017, entre 21H et 22H30

Le Centre culturel de Cléguérec fête ses 10 ans et son nouveau nom : Perenn. Les Arts Paisibles ont carte blanche. Nos Zarbis Désherbeurs s'en donnent à cœur joie. Constantin Néoprène antipilonne comme un malade, Anne-Marie Etchegarray (alias Alice Kayati) discourt et vocalise à fond le gosier... Mais loin de cette agitation, dans un presque cagibi, il y a l'Absente. Un tintement de clochette, un petit billet glissé et c'est un autre monde qui s'ouvre à vous, hélas pour un si bref instant ! "Pour moi, tout est là : la naissance du théâtre, son impact d'être à être,la profondeur et la drôlerie, le rituel et le sacrilège, l'intercession au lieu même de la naissance d'une parole rare et parcimonieuse, l'antre de l'oracle", écrit à son sujet Alain d'Haeyer.

Samedi 13 mai 2017, 11H12

lesparqueteurs.JPG - 116.21 kb

C'est la 8ème Fête Machicote. Une édition de haut vol. Public nombreux, sensible, dynamique. Il y a dans l'air un truc étonnant. Pour le spectacle des Polyamide Sisters à Saint-Hilaire, il nous faut 90 mètres carrés de parquet. Gasp ! Le comité du Guelhouit nous sauve la mise. Et nous voici cheminant derrière le tracteur de Daniel jusqu'aux hauts de Melrand. Hommage aux parqueteurs anonymes !

Mercredi 31 août 2016, 10H09 / Jeudi 8 septembre 2016, 17H35

Deux jeunes Afghans, résidents de la Jugendhaus Intermezzo à Wasserburg en Allemagne, penchés sur leurs "pierres pour un souvenir"... Le Komité Orteaugrafic en séance plénière à la bibliothèque de Melrand... Il est probable qu'ils ne se rencontreront jamais. Mais ils œuvrent en prévision des mêmes Mots-Maillons !

Dimanche 12 juillet 2015, 11H44

Sous le cagnard avignonnais, les Men in Black sont un peu abattus. Mais qu'est donc le Off devenu...!? Témoignage.

Souvenir d’Avignon

Je tracte.
Je tracte, mécanique. Je vais mon sillon de rues, des Carmes à République.
Je herse. J’ai pris la herse, les lampions des cintres, j’y crois encore, je m’en suis harnaché, et me voilà sur le goudron fondu, à tirer la charrue des anciennes lumières. Je herse dans le minéral aride. Mais y a pas une once de terre arable dans l’intra-muros. Que du dur, de la pierre. Pas le moindre espoir d’une moisson sincère, aucun avenir ici pour le Vrai.
Alors pourquoi je me fais du mal ?
Pour vendre mon travail.
On ne dit plus spectacle, on dit « travail ». « Je vais aller voir votre travail », me promettent parfois (rarement) des programmateurs (qui ne manqueront pas de se ré-tracter).
Ce travail, qui m’assujettit, comme naguère la cage du même nom enserrait le cheval rétif et dangereux à ferrer.
Ce travail au prétexte duquel, haridelle sur le retour, je tracte…
… un couple de sexagénaires frileux, venus quérir en leur quarantième Avignon la confirmation de leurs émois de jeunesse.
… une jonchée de branleurs arrogants (ça sent la réunion de Grands Fronts, mes dé-tracteurs coutumiers), qui me toisent et puis regardent ailleurs.
… les dérisoires papillons frénétiques collés à la vitre de leur petite fenêtre brillante et portable.
… des gens charmants, qui m’écoutent avec patiente courtoisie, qui tant aiment ce que je leur révèle de mes écrits, mais qui ne viendront pas à cause que je ne suis pas connu, la compagnie pas repérée, les comédiens point médiatisés, la forme inhabituelle, et qu’il fait trop caniculaire à 13H45, et que notre agenda est déjà bouclé, ah bon vous ne laissez donc aucune place à la surprise ? bien sûr que si mais on veut ne pas être surpris d’avoir été surpris, alors si vous étiez connus, votre compagnie repérée, etc.
… et parfois des yeux d’exception, des oreilles encore souples. Ceux-là (moins nombreux) viendront nous soigner à l’écurie.
Et nous voici tractant, mes collègues et moi-même, innombrables au fil des rues gagnées par la moisissure insatiable des affiches de plus en plus carnivores, de plus en plus énormes, et glorifiant la servilité :

 

VIENS VOIR MON TRAVAIL !

Nous voici donc, petits comédiens de trait, ahanant, consciencieux, enorgueillis de notre collier de misère et des pauvres lumignons qui bringuebalent dans notre sillage.
Au déroulé des jours, notre trot se fait plus lourd, le licol nous blesse, mais jarnidieu, nous le tirerons jusqu’au bout, le miroir des vanités.
Evidemment, c’est insensé.
Evidemment, tout cela va finir. Il faudra bien que la cité de l’Entre-Nous implose.
Après, il y aura des sols inertes à retourner, des déserts à fertiliser.
Alors nous reprendrons la herse. Et nous irons tracter…

 

Lionel Epaillard

 

 

Samedi 14 mars 2015, 12H55

Avec Agnès et Camille (Rebecca n'est pas loin), nous célébrons la centième des Apérimots, lors du Printemps des Poètes à la médiathèque de Plescop. Dire que cette étonnante histoire est née presque accidentellement ! Des amis se marient, faut trouver un cadeau, on n'a pas beaucoup de sous... alors Catherine a l'idée que nous leur offrions des Apérimots, aphorismes piochés dans les dires de Vieux Néon. Quelques années plus tard, ils sont centenaires, un livre est paru, et ils sont passés à la scène avec Le Lexique en vrac ! 

 

 

Vendredi 16 janvier 2015, 00H04

On aime bien cette photo. On vient de jouer « Trêve », le récital émouvant de Stefanie Theobald (mis en univers par Lionel Epaillard et soutenu par Les Arts paisibles) , dans un lieu qui nous est cher : l’Espace Jean Vilar à Lanester. On le sent, on le sait, on nous le dit : il se passe quelque chose de rare dans ce spectacle. Pour l’heure, ça se termine sous le halo poli d’un lampadaire qui s’efforce de convaincre la nuit fermée. Voilà, une heure on est grands, et puis après on n’est rien du tout. On fait nos petites affaires et on s’en va. Les ténèbres ? A vous d’y voir ! (www.stefanietheobald.com)

 

 

Vendredi 28 novembre 2014, 18H00

Les mains de Bernard Froutin s’affairent sur sa barbe postiche. Dans trois heures, il sera Jean-Pierre Brisset, intronisé « Prince des Penseurs » par Jules Romains. On ne le sait pas encore, mais il va se passer un truc miraculeux, dont chacun se souviendra longtemps : l’alphabet, les grenouilles, le maillot de bain, le Verbe fondateur, les Mots-à-lier… Un très grand numéro d’acteur. Les Mots-Maillons : quatre jours de festival dédiés aux plaisirs du jeu avec les mots allumés-de-la-cacahuète, en plein Centre-Bretagne, quand même, fallait oser. Eh bah on va même ré-oser en plus grandl’an prochain !

 

 

Samedi 1er mars 2014, 01H00

                  

Ca y est, la première du Lexique en vrac est déjà derrière nous (encore que, vu l'accueil enthousiaste du public, on n'est pas près de l'oublier...). On a succulemment dîné dans le théâtre. C'est le doux et chaud moment où l'on se prélasse dans le bien-être du défi relevé, du pari tenu. Mais il est temps de plier le matériel. De derrière un pendrillon, nous exhumons cette chaise au pied cassé, vestige du début de notre résidence au Grain de Sel, du travail alors encore hasardeux, des essais clopin-clopant. Et soudain, dans le silence du plateau sombre rendu à sa vacuité, voilà qu'elle nous improvise un ballet de comédie musicale. Nous autres qui gigotons sur les planches, nous ne sommes que le pâle écho de forces qui nous dépassent.

 

 

Samedi 9 novembre 2013, 12H50

Pour l'inauguration de La Maillette, la nouvelle scène de Locminé, nous apérimotons lors de l'apéritif. Mais voilà-t-y pas que s'immiscent des vendeuses de mots à la sauvette, aphorismes sauvages et totalement illégaux. Heureusement, deux inspectrices (Brigade de la Répression des Mots) sauront les alpaguer, et rappeler à la loi les individus qui se seraient laissé tenter par une parole non autorisée. Merci et bravo à Sandrine, Annick, Gaëlle, Tiamat et Charlotte, qui ont provisoirement délaissé le théâtre amateur pour explorer en notre compagnie le Crime et la Loi !

 

 

Mardi 15 octobre 2013, 10H00

 

Au Grain de Sel, le beau nouveau théâtre de Séné qui coproduit et accompagne la création du Lexique en Vrac. Il s'agit rien moins que de passer à la scène nos déambulatoires Apérimots. Le pari est un brin gonflé (et donc passionnant !) : comment dérouler une petite centaine d'aphorismes sans lasser notre public ? Matthieu Gourmel, venu nous rejoindre sur ce projet, s'interroge. Perplexité du comédien devant le petit peuple des mots bariolés... et sous la menace d'un tsunami de fauteuils rouges !

 

 

Dimanche 2 juin 2013, 14H45

 

Quelque part dans la campagne sarthoise, une grange. Ca vous a un air de Nativité... en guise de messie, Vieux Néon va faire l'âne.C'est simple et beau comme un tintement de Fée Clochette. Après, il y aura un petit bal improvisé, des gâteaux, de quoi boire. On aura, les uns et les autres, le sentiment d'avoir été dans le ton juste.



Jeudi 4 avril 2013, 15H30

 

Dans les studios de France Bleu Armorique, nous enregistrons une nouvelle livraison des Chroniques de Vieux Néon, ornées d'Apérimots égrénés par la Fée Clochette. Notre bienaimé Ronan Manuel s'interroge : se peut-il, quand Vieux Néon cause à Radio-France, que le Bon Dieu s'invite au micro et se manifeste, comme à l'église, par le truchement de la petite lampe rouge... ?

 

 

Samedi 16 février 2013, 05H30

 

Quelque part dans la banlieue rennaise... nous investissons un hangar hallucinant.
A Mordelles, vers 06H00, un minibus emportera huit spectateurs téméraires et lève-tôt. Ils auront les yeux bandés, et jamais ils ne sauront où les emmenèrent leurs guides taciturnes, au son d'une radio lointaine. Trois petites formes inaugurent ce premier After Avant l'Aube, que nous avons rêvé et concrétisé avec nos très chers amis et complices de l'Antichambre.