Les Dates

Journal de voyage

 

LES ARTS PAISIBLES AU TÉLÉPHONE !
Bonjour à toutes, à tous, et même à ceux qui toussent,
À chacun sa mission : aux Grands Fronts d'assurer la continuité de l'État, et aux petits lanturelus celle du sourire et des arts vivants.
Or donc, nous avons décidé, après avoir consulté notre Comité scintillantifique, de vous proposer... du spectacle par téléphone!
Une opération qui durera, si elle vous agrée, le temps du confinement...
Le principe: Vieux Néon et ses complices vous offrent au téléphone, en direct et pour de vrai, un sketch, des Apérimots, une lecture, un chant... (durée: quelques minutes).
Le mode d'emploi: tout simple.
- 1  Vous réservez un créneau sur ce Doodle
- 2  Puis vous nous confirmez par mail ou par texto le créneau que vous avez réservé, et vous nous indiquez votre nom, et surtout le numéro de téléphone auquel nous vous rappellerons à l'heure dite.
mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
texto au : 06 07 26 43 86
Évidemment tout cela est absolument gratuit et sans aucune contrepartie.
À vous de jouer, si vous le souhaitez !
N'hésitez pas à faire circuler cette proposition sur vos réseaux.
Bien amicalement,
L'équipe des Arts Paisibles
preview
Pour l'anecdote
Vieux Néon, on le sait, est un expert en prophylaxie verbale. Ainsi, dès le début des années 90, et pressentant les menaces du futur, avait-il exhumé le célèbre Hygiaphone Apophtegmatique du Docteur Louise-Adrienne Funny-Küller, invention géniale validée par le grand pneumologue Alex Pector, et qui préservait l'auditeur des postillons du locuteur. L'Hygiaphone Apophtegmatique fut hélas remisé dans l'oubli après qu'eussent été inventés d'autres filtres autrement plus performants, comme les écrans de télé ou de smartphone, à travers lesquels les mots ne contaminent plus les bronches, mais directement le cerveau.
 
Le "teaser" de Skouril est en ligne :

https://vimeo.com/310132888

Le "teaser" du Lexique en vrac

 

L'Apérimot du jour

Eponge
Pour éponger le déficit, transformons les pauvres en serpillères. Ils ont l'habitude qu'on les essore, non ?
Et puis franchement, ils ont la dette de l'emploi, vous ne trouvez pas ?